octo/30
2018

Retrouvez l’interview de Brice Pineau par l’Agefi Actifs sur les bénéfices apportés par les outils digitaux, au conseil en gestion de patrimoine.

 

Pourquoi l’agrégation de tous les comptes bancaires et d’épargne est le prérequis pour un conseil patrimonial pertinent ?
Quelles technologies sont utilisées pour réaliser ce travail d’intégration ?
Quel est l’apport de l’outil digital dans le conseil patrimonial ?
Brice Pineau, co-président d’Harvest, répond à l’Agefi Actif sur le salon Patrimonia 2018.

 

« Le digital vous permet de faire en 5 minutes ce qu’auparavant vous faisiez en 5 heures et de vous réconcilier avec toutes vos obligations réglementaires. C’est de la productivité mise au service de votre client ! »

 

 

Pourquoi l’agrégation de tous les comptes bancaires et d’épargne est le prérequis pour un conseil patrimonial pertinent ?

Globalement un particulier qui a besoin d’un conseil patrimonial, a besoin de visualiser l’ensemble de ses avoirs financiers, de ses comptes bancaires et tous les produits d’épargne qu’il peut détenir en dehors de ses comptes bancaires.

Un particulier a en moyenne trois comptes bancaires ainsi que de l’épargne salariale s’il est salarié, il y a donc quatre origines différentes. Pour avoir du conseil patrimonial adapté à son problème, il faut pouvoir agréger.

De plus, la réglementation, MIF1, MIF2 et aujourd’hui, DDA, PRIIPS, nous oblige concrètement à pratiquer un conseil patrimonial plus structuré autour de l’agrégation des données du particulier.

 

Quelles technologies utilisez-vous pour réaliser ce travail d’intégration ?

Il y a plusieurs choses qu’il faut prendre en considération, suivant que vous soyez un CGP ou une banque privée.

Lorsque vous êtes CGP, vous allez accéder à des données concernant vos clients en architecture ouverte. Dans ce cas, l’agrégation se fait sur la base des structures de données Penelop, qui sont les structures du marché. En revanche, si vous voulez récupérer des données externes concernant vos clients, ce qu’on appelle aujourd’hui l’open banking, soit vous passez par du mode scraping pour des produits d’épargne et des produits bancaires. Soit à partir de 2019, lorsque les banques l’auront installé, vous pourrez aller chercher ces données avec des API bancaires.

Pour les banques privées, il y a en plus la problématique de la connexion au système d’information propriétaire, qui vous oblige à avoir une interface avec l’informatique de la maison.

 

Quel est l’apport de l’outil digital dans le conseil patrimonial ?

Si vous n’utilisez pas d’outil digital aujourd’hui, vous êtes obligés de tout faire à la main. Aller chercher sur des bordereaux que vous fournissent les différentes banques du particulier des données éparses. Vous n’avez pas forcément de codification ISIN et vous perdez un temps fou.

Sur la compilation de la donnée, le digital vous permet de faire en 5 minutes ce qu’auparavant vous faisiez en 5 heures. La deuxième chose c’est que le digital vous permet de vous réconcilier avec toutes vos obligations réglementaires, là aussi en un claquement de doigts. Alors qu’auparavant, il vous fallait un temps infini pour pouvoir y arriver.

C’est de la productivité mise au service de votre client !