Avis d'expert

Concevoir et implémenter : les avantages d’un éditeur-intégrateur

#intégration

Il arrive toujours un moment dans le cycle de vie d’une entreprise où la question du développement d’un applicatif métier se pose. La plupart du temps, un tel projet requiert de passer par les services d’un éditeur de logiciel, puis de faire appel à un intégrateur pour l’implémentation au cœur du système d’information. Mais il existe également des services de professionnels combinant ces deux activités : ces éditeurs-intégrateurs misent sur la conceptualisation d’outils métiers experts et sur la création de tout un écosystème d’accueil. Concrètement, que gagne une entreprise à passer par un seul acteur ?

 

Jérôme Chapotier, Directeur général délégué d’Harvest :«L’agilité et la souplesse d’un éditeur-intégrateur sont des avantages non négligeables. Pouvoir agir sur les deux stades du projet, permet des rectifications, des ajustements qu’un éditeur et un intégrateur indépendants ne permettent pas toujours de faire. »

Editer, puis intégrer

Quelle que soit sa nature, son secteur ou sa taille, toute entreprise rencontre à un instant T, le besoin de mettre en place un projet logiciel.

Pour répondre à ce besoin, l’entreprise procède en général en deux étapes. Elle en appelle d’abord à un éditeur qui va produire / proposer une solution logicielle conforme. Puis elle va faire intervenir des intégrateurs tiers pour implémenter le logiciel, c’est-à-dire, l’adapter aux besoins spécifiques des entreprises ou du client, que ce soient des besoins techniques comme la migration d’une base de données vers une autre ou la connexion au système d’information en place, des besoins graphiques comme modeler une charte graphique dans une logique marketing, ou encore pour répondre à des problématiques d’usage, d’UI ou d’UX Design.

Créer un écosystème d’accueil

Or, cette bipartition traditionnelle du processus peut créer quelques heurts. Concevoir un logiciel sans connaître avec précision le parc informatique du client, ou bien intégrer un logiciel que l’on ne maîtrise pas parfaitement, reste une gymnastique complexe qui génère autant de problèmes informatiques que d’incompréhensions mutuelles.

La spécificité d’un éditeur-intégrateur est donc de savoir réconcilier deux silos informatiques en un seul, en générant à la fois ses propres solutions industrielles et en mobilisant des équipes en interne expertes pour les intégrer. En amont et en aval, l’éditeur intégrateur s’occupe donc à la fois de la conception et de l’implémentation. Dès le seuil éditeur, le produit logiciel répondant aux besoins clients est conçu pour être directement intégrable et interopérable. Au-delà de l’interopérabilité, ce que cherche à créer un éditeur-intégrateur c’est tout un écosystème d’accueil pour intégrer le logiciel avec plus de simplicité et de pérennité. En un mot, produire la clé tout autant que la serrure.

“Savoir réconcilier deux silos informatiques en un seul, en générant à la fois ses propres solutions industrielles et en mobilisant des équipes en interne expertes pour les intégrer”

Des avantages « time to market ».

Les avantages d’un éditeur-intégrateur sont multiples.

Le premier est celui de la productivité d’un tel modèle. Un cahier des charges allégé, des besoins spécifiés et paramétrés, ainsi qu’une implémentation simplifiée rendent le projet plus rapide à exécuter et font de l’éditeur-intégrateur, l’opérateur d’outils informatiques de performance.

L’agilité et la souplesse d’un éditeur-intégrateur sont des avantages non négligeables. Pouvoir agir sur les deux stades du projet, permet des rectifications, des ajustements qu’un éditeur et un intégrateur indépendants ne permettent pas toujours de faire. En la matière, la personnalisation du logiciel par une équipe d’intégrateurs a toujours des limites.

Enfin, en plus des délais amoindris, le coût global d’une solution qui combine deux activités est optimisé.

“Là où la connaissance métier de l’application du soft d’un éditeur intégrateur permet de répondre à un double besoin client : celui de l’adaptation et de l’appropriation de la solution logicielle.”

Pour une entreprise, réaliser un projet applicatif reste une tâche lourde qui nécessite de la dextérité, une bonne compréhension des besoins métiers et des ajustements de terrain.  Pour elle, le risque serait de se laisser séduire par les attraits d’une solution-clé en main difficile à « customiser » ou, au contraire, d’implémenter un logiciel partiellement conçu pour ses problématiques. Car les éditeurs traditionnels restent des industriels du logiciel et ont un business model qui repose sur le développement de produits à destination du plus grand nombre. De leur côté les intégrateurs sont des professionnels de l’implémentation mais ne sont pas dans la capacité de personnaliser des produits à outrance. Là ou la connaissance métier de l’application du soft d’un éditeur intégrateur permet de répondre à un double besoin client : celui de l’adaptation et de l’appropriation de la solution logicielle.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!