Veille patrimoniale

Placements financiers – Bilan des encours de la gestion d’actifs en 2018

#fiscalité

Un rapport de l’AFG dresse un bilan de l’évolution des encours et de la collecte nette des OPC au niveau français et européen en 2018. Deux éléments attirent l’attention : d’une part la baisse des encours des OPC au niveau national et européen et, d’autre part, une collecte nette négative des OPC au niveau national.
L’année 2018 a été marquée, contrairement à 2017, par des performances globalement négatives sur les marchés, des transferts de domiciliation d’OPC et un contexte politique international pour le moins tendu (bras de fer sino-américain, tensions entre Washington et la FED concernant la remontée des taux, etc.) qui ont eu raison de la confiance des investisseurs, entraînant une chute de la collecte et des encours des OPC.
Pour autant, malgré une année compliquée, la France demeure l’un des piliers de la gestion d’actifs au niveau européen.

Evolution des encours au niveau national

Sans surprise, le contexte international volatil a engendré de fortes chutes. Les encours globaux sous gestion en France (mandats de gestion et OPC) ont diminué de 2 % sur l’année pour se fixer à 3 864 milliards d’euros fin 2018, tandis que l’année 2017 les avaient vus s’élever à 3 943 milliards, soit une baisse d’environ 80 milliards en un an. Cette baisse vient mettre fin à 6 années consécutives de hausse des actifs gérés pour le compte de tiers sur le marché français.

Baisse des encours globaux de gestion en France

Les encours des OPC de droit français chutent de 6,3 % (contre +7,5 % en 2017) et s’établissent à 1 813 milliards en 2018, soit une perte de 121 milliards d’euros sur l’année. Ces actifs sont divisés en 2 catégories :

  • les OPCVM, représentant 783 milliards d’euros (-10,4 % en 2018, contre +9,8% en 2017) ;
  • les FIA, comptabilisant 1 029 milliards d’euros (-2,9 % en 2018 contre +5,7 % en 2017).

Paradoxalement, les actifs gérés sous mandats passent de 2 009 milliards d’euros en 2017 à 2 051 milliards en 2018, soit une hausse de 41 milliards d’euros.

Les encours des OPC actions ont été les plus impactés et reculent de 18 % sur l’année, ce qui efface la progression de 16,3 % effectuée en 2017. Les OPC diversifiés perdent 9,2 % contre une performance de 6,8 % en 2017. Enfin les fonds obligataires, victimes d’une rentabilité négative du marché des taux en 2018, chutent de 4,1 % contre une progression de 10,6 % en 2017.

La collecte nette d’OPC français plonge dans le négatif

Les souscriptions nettes globales des grandes catégories d’OPC français sont négatives. Pour autant, certaines catégories tirent leur épingle du jeu et parviennent à rester dans le vert. C’est le cas des obligations qui enregistrent une collecte nette de 2,3 milliards d’euros et des actions qui parviennent à 9,7 milliards d’euros. Le constat global demeure néanmoins négatif puisque les OPC monétaires enregistrent un déficit de 16,6 milliards d’euros de collecte sur l’année. Il en va de même pour les OPC diversifiés qui sont à -10,4 milliards, sans oublier les OPC à formule plongeant à -2,6 milliards. Au global, la collecte nette est de -17,6 milliards d’euros en 2018.

La variation des encours des OPC de droit français en 2018 s’explique par plusieurs facteurs :

  • les performances négatives des fonds en 2018, en lien étroit avec les turbulences sur les marchés,
  • une collecte nette négative,
  • les volumes importants de transferts de domiciliation de fonds restant gérés en France.

 

Situation mitigée en Europe

Le constat est assez similaire en Europe à fin 2018. L’encours des OPC domiciliés en Europe chute à 15 200 milliards d’euros (contre 15 600 milliards en 2017) soit une baisse de 3 % sur un an.

Diminution des encours des OPC au niveau européen

L’encours des OPCVM chute de 4,6 % en 2018 (après une hausse de 12,2 % en 2017) et se fixe à 9 284 milliards d’euros. Au niveau européen toutes les catégories d’OPCVM (actions, diversifiés, obligataires et monétaires) terminent dans le négatif, excepté le monétaire qui se stabilise (0 %).
L’encours des FIA baisse de 0,4 % (contre une hausse de 6,9 % en 2017), avec cependant une progression des fonds immobiliers de 10 % (contre 7,8 % en 2017).

Une collecte nette en recul

La collecte nette pour les fonds domiciliés en Europe s’élève à 245 milliards d’euros en 2018 (contre 948 milliards en 2017). Elle est positive pour les actions (+98 milliards d’euros) et les fonds diversifiés (+109 milliards d’euros). A l’inverse, les fonds obligataires (-40 milliards) et monétaires (-18 milliards d’euros) sont dans le rouge.

La France demeure un des grands piliers de la gestion d’actifs en Europe

Malgré une année 2018 compliquée, la France détient toujours une place majeure sur le marché européen des OPC, dont l’encours à fin 2018 est de 15 200 milliards. La France occupe la 2ème place en termes de domiciliation de FIA avec 17,5 % de parts du marché, devancée uniquement par l’Allemagne avec 28,8 %. Les 5 premiers pays détiennent plus de 80 % du marché des FIA en Europe. Quant aux OPCVM, elle se classe 4e avec 8,4 % de parts de marché, derrière l’Irlande, le Luxembourg et le Royaume-Uni. A l’instar des FIA, le top 5 des pays sur le marché des OPCVM détient 80 % du marché.

Fort heureusement, l’année 2019 démarre sous de bien meilleurs auspices, le niveau de collecte en très nette hausse reflétant l’optimisme, en apparence, inébranlable des investisseurs, avec un retour du
CAC 40 à plus de 5 300 points ! En espérant que ça dure….

Source : Etude économique, AFG, avr. 2019

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!